Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 20:18
(Le désert me fascine et m’a donné envie d'écrire ce texte en y associant quelques pensées sur la solitude intérieure de l’Homme).



CE DESERT QUI ME FASCINE

 

 

Partir très loin dans le désert,

A la rencontre du silence absolu,

Ce silence, seul troublé par le vent.

L'envie d'ensabler des pensées déchirantes,

Le désir d'enliser des illusions blessantes

Dans les dunes immenses,

Et puis, embraser des émotions naissantes,

Et surtout écouter battre son cœur,

Au souffle du sirocco,

Et s’enivrer de la beauté dépouillée,

De ce désert ardent,


Traverser les dunes,

Chevaucher d’un regard émerveillé,

Cette mer de sable cuivrée,

Aux vagues ondulantes,

Aux allures scintillantes,

Aux reflets pailletés,

D’un ciel azur étoilé,

Et, à la tombée de la nuit,

Dans la lumière tamisée,

Jeter son dévolu sur une étoile,

Resplendissante de promesses.


Partir très loin dans la pénombre,

A la rencontre de l’inconnu,

Guidée par la flamme de cette étoile,

Fardée de poudre diamantée,

Et rêver de sentir une main,

Se glisser doucement

Dans la sienne

Une main qui étreint le cœur,

Une main troublée

Qui frissonne,

Et qui cherche son chemin,


Une main qui murmure,

Que l’Homme a tout à attendre,

De la chaleur de l’autre,

Même perdu dans le désert infini,

Où rien ne vit ou si peu survit,

Même noyé dans la foule,

Sans un seul regard sur lui,

Sa solitude d’Homme,

Qu’il déjoue

En se tournant vers l’autre,

Le cœur inondé de chaleur timide,


Qu’il a puisée avec amour

Dans le Désert solitaire de sa vie d’Homme

Et dont il fait don,

Sans rien attendre

A qui croise son chemin.


Capucine 11.2009

                                                                                   

Published by CAPUCINE - dans DESERT
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 08:01

 

 

 

 

 

 

CHAMPS DE BETON

 

 

Champs de béton

Mer sans horizon

Fleurs sans pétales

Perlées de rosée pale

 

Arbres sans feuilles

Branches en deuil

  Maigres troncs fissurés

Où la sève à nu a saigné

 

Torrents empierrés

Dénudés d’eau exilée

Condamnés asséchés

Dans leurs lits désertés

 

Puis…

 

Sur ma main serrée

Un oiseau s’est posé

Son chant m’a éveillé

Rêve gris évaporé

 

Champs de blé dorés

Horizon de feu cuivré

Fleurs épanouies

Feuilles reverdies

 

Torrents jaillissants

Cascades ruisselantes

Mousses généreuses

Forêts ensorceleuses

 

La Nature qui vit

Celle dont on a envie

Sans qui on ne vit

Question de survie.

 

Capucine

03.04.2013

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 20:35

 IMG00043-20111016-1617

 

UNE PAGE DE MEDITATION

 

"UN SOIR TRANQUILLE"

 

Je rêve d'un soir tranquille

Où l'air frais comme une brindille

Effleure d'un doux frisson

La peau de nos émotions

 

Le vent docile 

Doucement se faufile

Frôle de son souffle 

Puis dans le ciel s'essouffle

 

Je rêve d'un soir silencieux

Où la lumière faiblit peu à peu

Evadant les pensées

 Vers un monde imagé


Les bruits étouffés 

Dans les ombres cendrées

 Consumment leurs résonnances

Dans l'âtre du silence

 

Je rêve d’un soir de trêve

Où le ciel brodé de rêves

S’abandonne au regard

   Qui envouté s’y égare.

 

      Capucine 14.10.2014

 

 

.

Published by CAPUCINE - dans PAGE DE MEDITATION
commenter cet article
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 20:33

 

 

   (J'ai choisi le "prénom" de cette fleur pour symboliser ma passion pour la poésie...)

CAPUCINE



Fleur de passion,
Qui crie ses émotions torrentielles,
Au bout de ses tiges rebelles et idéalistes,

Fleur de calcite orange,
Empourprée des braises du soleil,
Qui enflamment son coeur à merveille,

Fleur de corail,
Rougissante comme les couchers de soleil,
Qui s'assoupissent lentement à l'horizon,

Fleur au coeur de safran,
Qui rêve de fleurir dans le désert 
Et de farder les dunes de son pollen hâlé,

Fleur dénudée de fragrance,
Qui n'embaume que de son enthousiasme,
Et exalte de son coeur des effluves de poésie,

Fleur vivace,
Qui se nourrit des larmes de la rosée,
Sur les pétales de ses rires, de ses sourires...

De ses peines, de ses craintes,
De ses rêves, de ses espoirs et de ses regrets,
Qui fleurit de sa passion pour rêver de ne jamais faner,

Capucine,
Un prénom, une fleur d'une très grande simplicité....
Capucine 30.12.2009
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 09:00

(Le sport est mon allié pour me ressourcer....J'aime ce texte, j'y suis profondément attachée...)

 

                        


QUAND MA TETE S'EVADE...
 

Quand une à une, elles prennent le large

Pour voguer vers je ne sais quelle destinée,

Je les encourage à s’évader,

A me fuir pour reprendre leur liberté.

 

Quand mon regard scrute l’horizon,

Et les voit disparaître une à une, 

S’envoler dans le ciel béant,

Ou dans les profondeurs marines,

 

Alors à moi de m’évader,

De m’échapper, de m’affranchir

De toutes ces étreintes

Qui oppressent mes pensées.

 

Et renouer avec la sérénité,

Savourer la douceur

D’une pensée furtive

Qui murmure d’oublier,

 

Pour me perdre dans un dédale

D’insouciance convoitée

Et retrouver la légèreté de penser

Pour voir plus loin et plus haut,

 

Et faire de cette évasion

Un moment intense

Où le temps suspendu

Enivre d’apaisement.

Capucine 02.01.2010

Published by CAPUCINE - dans POESIES DEDIEES
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 16:22

(Une POESIE SUR LES ETOILES car j'aime contempler le ciel tout simplement...)

 

LA POESIE DANS LA NUIT ETOILEE

 

 

Là où mes pas m'ont guidé tout là-haut,
Pour voir plus haut et toujours plus beau !
Le silence s'endort enlacé avec la nuit,
Et les étoiles nous dévoilent leurs rêves inouïs.

Une nuit enténébrée de nuages dénudée,
Sur une étoile diamantée, le regard posé,
Aimanté, étiré et de mille feux extasié,
Le coeur boutonné dans la toile étoilée,

Etoiles fuyantes, étoiles fardées,
Etoiles filantes, étoiles poudrées,
Eclairez de transparence nos nuits ombrées !
Envoutez nos rêves, bercez nos secrets !

Inondez nos coeurs entreouverts,
De votre grâce rayonnante à la nuit tombée,
Illuminez nos regards ô combien fascinés
Par vos lueurs comme des iris argentés,

Inspiration magnifiée pour le rêveur,
Face à cet éventail de petits soleils émiettés,
Si la terre tourne et se retourne ensommeillée
Glisser doucement dans les draps du ciel étoilé,

Rêver que le temps puisse un moment s'égarer,
Dans le labyrinthe de la galaxie infinie,
Pour nous suspendre au coeur des étoiles,
Et prolonger notre regard ébahi,

Hors du temps, là-haut, tout là-haut !
Là où mes pas m'ont guidé pour rêver tout haut,
Un soir, au coeur de la montagne silencieuse,
Là où le ciel respire de lumière gracieuse,

...jusqu'au bout de la nuit étoilée !

Capucine 02.03.2011

Published by CAPUCINE - dans ETOILES
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 20:02

 

 

(La Nature nous offre plein de moments magiques où le rêve est souverain)

 

CHUT !

 

 

Mon doigt sur ma bouche... chut !
Je perçois, à peine murmurée, sa chute,

Eau déferlante qui de là-haut se jette,
Eclaboussante de gracieuses gouttelettes,

Transparentes de rais de lumière,
Frôlant, effleurant et caressant la pierre,

Un drapé ondulé, rideau majestueux,
Au tombé élégant et somptueux,

Mon doigt sur mon bouche... chut !
Je perçois pleinement exaltée sa chute,

Près d'elle, je m'enivre de son écho,
Et dans ma main une perle d'eau, 

Qui fuit dans les lignes de ma main,
Pour inonder tous ses chemins,

De demain, d'après-demain,
Mes yeux vagabondant au lointain,

Et refermant doucement ma main,
Mes doigts s'arrêtent en chemin,

Retenus par les doigts d'une autre main,
La main du destin dans les lignes de ma main,

Ce mystère de tout temps incertain,
Qui fait aimer le matin et celui de demain,

Dans une ronde qui boude le chagrin,
Une danse effrénée où le rêve est souverain,

Sur ce chemin, cette cascade au loin,
Mon coeur un moment l'a rejoint, 

Pour rêver dans l'ondulé de sa chute,
Mon doigt sur ma bouche...chut !

Capucine 21.03.2012

 

L7321C5-1

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 20:24

 

 

 

MES BASKETS ET MOI

 

Comme le chien frétillant,
Qui regarde sa laisse au portant,

Je lorgne sur mes baskets,
L'envie de courir me guette,

Trop chaud ?
Pas trop....

Trop froid ?

Pas moi....

Il pleut ?
Juste un peu...

Fatiguée  ?
Jamais s'écouter...

Comme le chien guilleret,
Qui va sortir se ballader,

Si le sale temps me prend en otage,
Je suis comme un chien en cage,

Mes baskets aux pieds,
Mes notes de musique ajustées,

Courir pour m'évader,
Le sourire dans la foulée.

Capucine 11.08.2012

Published by CAPUCINE - dans SPORT
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 18:34

 

DANS LA GORGE D'UN CANYON

 

Partir un jour le coeur frissonnant,
A la découverte d'un somptueux canyon,

A l'abri du regard du promeneur,

Au fond d'une crevasse béante et sinueuse.

 

Le découvrir enfin là, solitaire et rugissant,

Parcouru par une veine profonde

D’où s’écoule sans relâche, obstinément,

Une eau limpide, murmurante et ruisselante.

 

Devenir la proie de cette gorge rocheuse,

Apprivoiser ses eaux tumultueuses

En glissant le long de ses parois abruptes,

Suspendue comme le temps à une corde.

 

Et entendre battre le cœur de ce cours d’eau,

S’adosser au granit poli et criblé de mousses,

Se laisser emporter dans ce tourbillon,

Eclaboussée et projetée hors du temps.

 

Relever la tête dégoulinante et enivrée,

Balayer du regard ces falaises géantes

Qui m'emprisonnent dans son joyau,

Et sombrer dans un ravissement total.

 

Et ne jamais oublier ce frissonnement,

Cette sensation sublime et effrayante,

De s’être faufilée dans les entrailles de ce canyon

Pour le sentir vibrer et s’agiter, vivant.

 

Pour n’apprécier de cet instant,

Que ce corps à corps avec la Nature

Qui nous défie tant pour nous séduire,

Le cœur décroché, le souffle coupé.

 

Et tomber amoureuse de cet endroit,

Le regarder intensément une dernière fois,

Pour lui souffler le secret de cet attachement,

Et partir sans se retourner, à aucun moment,

 

Et laisser s’échapper en silence des larmes,

De tristesse, de désarroi à l’idée

De ne jamais revoir ce canyon,

Où j'étais si bien !

Capucine 01.12.2011

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 07:58

 

 P1000355

 

LA-HAUT SUR LA COLLINE

 

Là-haut sur la colline,
Où la vue est divine,

Là où tu te détaches,
Et où mes yeux s'attachent,

Là où il n'y a que roche
  Où ta chevelure s'accroche,

Là-haut sur la colline
Là où le coeur s'incline,

Devant la beauté sublime,
De ton mauve ultime,

Une couleur extasiée,
De corolles essaimées,

Sur la colline ensoleillée, 

J'aimais aller t'admirer,

Toi le bougainvillée,
Exubérant de liberté.


Capucine 05.08.2012

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article

Mon Blog

  • : LA POESIE DANS LE COEUR DE CAPUCINE
  • LA POESIE DANS LE COEUR DE CAPUCINE
  • : Pour voir plus loin et plus haut sur les sommets sublimes de la poésie. Les poèmes sont les confidences de nos émotions.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • CAPUCINE
  • J'adore la poésie car c'est l'expression du coeur, tout simplement.
  • J'adore la poésie car c'est l'expression du coeur, tout simplement.

PENSEES POETIQUES

  " La poésie se tisse dans les broderies qui ourlent nos pensées" Capucine

 

SITE DEPOSE

L7321B3-1.gif

COPYRIGHT

L7321D4-1L7321BA-1L7321D1-1L7321C2-1

L7321CA-1L7321C5-1L7321BC-1

 

L7321C3-1   L7321C9-1L7321C8-1