Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 17:59

(Une POESIE SUR LES SOUVENIRS, sur la dualité de penser et d'oublier).

 

ECRIRE, C'EST PENSER...

 

Oublier, c'est ne plus penser,

Au fil du temps, laisser s’échapper...

 

Une plage, un paysage, un voyage,

Un ouvrage, un visage, un message…

 

Penser qu'on n'y pense plus,

C'est encore un peu y penser,

 

Penser qu'on y a encore pensé,

C'est avoir oublié de ne plus y penser,

 

Et penser à oublier, 

C'est y penser tellement fort...

 

Renoncer à laisser s’évader,

Ces fugitifs de la tête au cœur enchainés,

 

Cette plage, ce paysage, ce voyage,

Cet ouvrage, ce visage, ce message,

 

Que notre tête en haut a mis en bas,

En cage, là où notre cœur bat,

 

Là où tout s’enflamme et bouillonne,

S’emporte, et si peu se raisonne,

 

Là où s’exalte le besoin de repenser,

A tous ces secrets prisonniers à perpétuité,

 

Apprivoisés au fil du temps pour l’éternité,

Et dans mon cœur délicatement tatoués,

 

Pour ne jamais les oublier …

 

Et souvent, prendre la plume,

Pour les faire vivre, revivre et survivre,

 

Ouvrir la cage, là où mon cœur bat…

Capucine 16.06.2010

 

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans PENSEES
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 20:25

 

 

 

 

 

 

CHAMPS DE BETON

 

 

Champs de béton

Mer sans horizon

Fleurs sans pétales

Perlées de rosée pale

 

Arbres sans feuilles

Branches en deuil

  Maigres troncs fissurés

Où la sève à nu a saigné

 

Torrents empierrés

Dénudés d’eau exilée

Condamnés asséchés

Dans leurs lits désertés


Puis…

 

Sur ma main serrée

Un oiseau s’est posé

Son chant m’a éveillé

Rêve gris évaporé

 

Champs de blé dorés

Horizon de feu cuivré

Fleurs épanouies

Feuilles reverdies

 

Torrents jaillissants

Cascades ruisselantes

Mousses généreuses

Forêts ensorceleuses

 

La Nature qui vit

Celle dont on a envie

Sans qui on ne vit

Question de survie.

 

Capucine

03.04.2013

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 21:16

 

 

 

 

UN HAMEAU PERDU

 

Maison de pierre
Prisonnière du lierre
Volets ficelés
Portes drapées

Murs de mousse étouffés
Toits sans fumée
Jardin en terrain vague
Le vague à l'âme

Vergers abandonnés
Pommiers en mal d'être taillés
Confiant leurs fruits
Aux colonies de fourmis

 
Perron ensommeillé
Plus une trace de soulier
Pour le réveiller
L'honorer de son utilité

Reclu dans les orties
Le puits de son eau tari
Son seau cabossé
Pendu à l'anneau du passé

Des murs rendant l'écho
Partageant les mêmes mots
Grillon vagabond
Fendant l'horizon

Hameau évanoui
Qui se meurt d'ennui
De cris d'école
D'enfants qui rigolent

Déserteurs de ce village
Où avez-vous posé vos bagages
De votre absence
Est né le silence

Où est partie l'âme
Des vieilles femmes
Guettant les passants
Pour occuper le temps

Petit à petit
Certains sont partis
Laissant leur vie ici
D'autres sont partis

Ailleurs qu'ici

Pour une autre vie.


Capucine

02.10.2013

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 17:30

 

 

 

(Une poésie en duo sur le Printemps pour exprimer le ravissement suscité par la naissance et la renaissance de cette magique saison)

 

MAGIQUE PRINTEMPS

 

 

Imagine la silhouette de la nuit

Tirant sa révérence dehors sans bruit

Devine le rayon chaud du soleil

Le ciel bleuté saturé de sommeil


Les primevères pointant leur nez

Les tendres feuilles intimidées

De leurs de perles de rosée

Les roses aux reflets nacrés

 

L'oiseau et son doux chant

Qui te sort de la nuit

Le chuintement du vent

Dans les arbres endormis


Imagine le coeur tout éveillé

Les yeux à peine fermés

Le papillon aux ailes d'argent

Qui sillonne les champs

 

Sur les arbres en bourgeons

Magique printemps

Que simplement la vie nous tend

Pour sa nouvelle saison


Le paysage grisonnant

Se colore lentement

Pour émerger de sa pâleur

Et s'embellir de couleurs


Naissance et renaissance

Bouquet du fruit de la patience

Adieu le froid et son manteau de gris

Merci la vie pour tes moments de vie


Capucine & Tony

05.03.2013

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans POESIE EN DUO
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 21:14

 

P1000156

 

 

 

DUNE

 

Dune,
Superbe dune,
En plein désert de dunes,
Découverte à la brune,
Une crête fine en demi lune,
Jolie dune...

La tempête s'est levée ,
Le sable violemment balayé,
Des traces de pas dissimulés,
Se sont soudain désensablés.
Mon regard de sable s'est voilé,
Des pas indélicats l'ont foulée,

Dune,
Superbe dune,
En plein désert de dunes,
Découverte à la brune,
Une crête fine en demi lune,
Jolie dune...

 

Tu resteras dans mon coeur froissé,

Ma dune désertée.

Capucine

31.05.2012

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans DESERT
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 11:00

 

 

 

 

 

(Le VOL DU CONDOR au coeur des Andes, c'est tout simplement grandiose... Ce voyage au Pérou a été pour moi un ravissement total).

 

 

LE VOL  DU CONDOR

 

Niché, replié, dans la falaise aux parois escarpées,
Dans le coeur des Andes et d'un canyon reculé,
Il est là quelque part, à l'abri des regards écarquillés,
Qui le traquent et s'acharnent aux rochers enlacés,
Les yeux brûlants d'impatience de le voir s'élancer.

Je l'attends.
Il est là quelque part…

Juste un point d'ombre qui soudain se dessine,
Se rapproche, s'étire sans bruit, puis s'incline,
Plonge pour ressurgir, se laisse porter par les courants,
En ce lieu emmuré, son vol résonne de liberté insoumise,
Et respire un air de grâce et de fluidité grandiose.

Je l'attends.
Il est là presque devant moi…

Majestueux, impressionnant, élancé et fuselé,
Il plane d'un vol effilé scandé de brusques piqués,
Et s'élance avec une puissance exubérante,
Puis se volatilise dans l'écho de son cri insolent,
A l'affût d'une proie pour sa vie et surtout sa survie,

Le CONDOR...

Mais là, c'est moi qui le capture comme un charognard,
Qui le piège dans les profondeurs de mon regard,
Emprisonné dans le nid de mes souvenirs à perpétuité,
Avide de me nourrir de toutes ces images sublimes,
Que la Nature déploie dans les ailes de ces abîmes.

Pour nous aussi un instant nous faire planer,
Donner des ailes à nos envies de plénitude convoîtée,
Et de l'envergure à tous nos sens déployés,
Dans ce silence transi par l'altitude où le condor
A gravé son sceau dans les Andes là où il règne encore,
 

  Et pour toujours, si fort...

Capucine 23.09.2010

 

 

PEROU

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 06:24

(Une POESIE SUR LE FEU que j'aime à regarder dans les cheminées, sans bruit,

juste pour le spectacle, tout simplement magique !

 

LE FEU

 

A l'heure où la nuit s'allonge
Et dépose sa traine dans l'ombre
Pour répandre ses ténèbres,
Comme une poudre d'ébène,

J'allumerai un feu....

Des flammes gourmandes qui lècheront
Les nuages ombrés et vaporeux,
Pour dissiper en fumée effilochée,
Des rêves ô combien nébuleux,

J'allumerai un feu pour me réchauffer un peu...

Pour caresser les flammes ébouriffées
Comme une chevelure flamboyante
Aux couleurs d'automne ardentes,
Un regard de feu, de braises envoutantes,

J'allumerai un feu pour m'évader un peu...

Et inonder les braises tristement asphyxiées,
D'un souffle d'espoir bercé par le vent,
Et ressusciter la flamme de sérénité convoitée,
Pour prendre le temps de toujours penser à rêver,

Ce soir, j'ai allumé un feu dans la cheminée,
Pour entendre mon coeur de joie crépiter...

Il se fait tard...

Capucine 01.12.2010

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans NATURE
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 06:21

 (Une POESIE SUR LA MER car j'aime contempler la mer...)

 

 

 

P1000616

 

 

 

LIGNE D'HORIZON


Une mer d'huile frissonnante,

Qui caresse le sable délicatement

Qui, timide, s'avance et recule

Inlassablement.

 

Et ce sable qui s'étouffe,

Submergé par les petites vagues

Audacieuses et rebelles,

Qui se trémoussent élégamment.

 

Ces vagues voyageuses

Venues de si loin,

Du plus loin que je puisse voir

Au delà de la ligne d'horizon.

 

Cette ligne imaginaire

Où je voudrais m'infiltrer

Pour voyager sur ces vagues

Et m'échouer sur ce sable.

 

Pour rêver un peu

Dans cette immensité

De volupté et de mystère

Qui n'en finit pas de m'attirer...


Capucine

27.04.2011

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans MER
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 20:44

(Une POESIE SUR LE DESERT : rêve ou réalité...)


SUR LE SABLE DU DESERT

 

 

P1000058

 

  Attendre que la nuit

Dépose son ombre

Sur cette immensité

Voluptueuse et cabossée,

 

Attendre que cette poussière

Soyeuse se glace

Pour m’accueillir

Pour fixer mon empreinte sur le sable

 

Attendre là, allongée

Contempler les astres, les étoiles filantes

Qui m’éclaboussent de lumière

Pour me montrer le chemin,

 

Ce sentier doré et étincelant

Paré de diamants

Hostile et éblouissant

Aveuglant et hallucinant...

 

Et moi de courir

De plus en plus vite

Sur ce sentier

Pour décrocher l’éternité.

 

Essoufflée, tirée soudainement

De mon acharnement à courir,

Le sable est devenu brûlant

Le jour s’est levé …

 

Ce plaisir d’un rêve

Dans ce désert hostile,

Mais si fascinant,

Que je ne saurais l’oublier.

Capucine 14.09.2011

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans DESERT
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 16:59

(Une POESIE sur LA LIGNE D'HORIZON car c'est là exactement où le regard se décroche du réel pour plonger dans le rêve et l'imaginaire au plus profond de l'infiniment loin...)

 

 

P1000616

 

 

REVER A L'HORIZON 

 

  Je déambule sur cette plage

Interminable…

Je perçois parfois ces coquillages

Qui craquent sous mes pas.

 

Je m’imprègne du vent,

Qui sublime les sens,

Je fixe mon regard

Sur la surface de l’eau, immobile.

 

Un doigt, je voudrais poser

Sur cette ligne d’horizon

M’y infiltrer

Pour découvrir le secret

 

De tous ces regards

Qui s’y sont plongés

Qui s’y sont noyés


 Pour un moment pouvoir rêver…

Capucine

Septembre 2010

Partager cet article

Published by CAPUCINE - dans MER
commenter cet article

Mon Blog

  • : LA POESIE DANS LE COEUR DE CAPUCINE
  • LA POESIE DANS LE COEUR DE CAPUCINE
  • : Pour voir plus loin et plus haut sur les sommets sublimes de la poésie. Les poèmes sont les confidences de nos émotions.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • CAPUCINE
  • J'adore la poésie car c'est l'expression du coeur, tout simplement.
  • J'adore la poésie car c'est l'expression du coeur, tout simplement.

PENSEES POETIQUES

  " La poésie se tisse dans les broderies qui ourlent nos pensées" Capucine

 

SITE DEPOSE

L7321B3-1.gif

COPYRIGHT

L7321D4-1L7321BA-1L7321D1-1L7321C2-1

L7321CA-1L7321C5-1L7321BC-1

 

L7321C3-1   L7321C9-1L7321C8-1